Filières
BTS+

Alternance : quelle différence entre apprentissage et professionnalisation ?

10.06.2022
Ecoles Post-Bac

L'alternance au sens large du terme désigne un système de formation consistant à alterner des périodes d'enseignement théorique et de mise en pratique en entreprise. Que ce soit en contrat de professionnalisation ou en contrat d'apprentissage, l'objectif est de vous préparer à la vie active suite à l'obtention de votre diplôme. Mais alors, quelles sont les différences entre ces deux contrats ? Voici ce que vous devez savoir.

Alternance : deux statuts possibles

Une formation en alternance peut s'effectuer sous statut scolaire : dans ce cas, vous êtes un élève ou un étudiant et dans votre cursus vous bénéficiez de périodes de formation sous forme de stages en entreprise. Vous pouvez également effectuer votre alternance sous le statut de salarié.e : vous signez un contrat d'apprentissage ou un contrat de professionnalisation avec une entreprise.

Toutefois, dans le langage commun on réserve souvent l'expression de formation en alternance pour le deuxième cas, c'est-à-dire lorsque vous signez un contrat de travail et lorsqu'on parle d'apprentissage, on fait  référence au contrat d'apprentissage qui ne représente, en réalité, qu'un cas possible de l'alternance.

Choisir l'alternance chez Aurlom

Quel type d'alternance choisir ?

Le contrat de professionnalisation et le contrat d'apprentissage sont destinés aux jeunes de 16 à 29 ans révolus. À l'issue de votre formation, deux choix s'offrent à vous : 

  • Poursuivre vos études pour obtenir un titre ou diplôme supérieur ;
  • Entrer sur le marché du travail. 

Le  choix du type de contrat dépendra de la finalité envisagée. En effet, le contrat d'apprentissage s'adresse plutôt aux étudiants en enseignement secondaire ou supérieur pour l'obtention d'un diplôme d'État, d'un titre enregistré au RNCP ou d'un titre d'ingénieur. Il est donc tout à fait possible de poursuivre ses études tandis que le contrat de professionnalisation est prévu pour les jeunes pas ou peu qualifiés afin de les aider à s'insérer professionnellement grâce à une formation diplômante, certifiante ou qualifiante. 

Voici les différences majeures entre ces deux contrats :

  Apprentissage   Professionnalisation
 Objectif
  • Formation initiale (diplôme ou titre professionnel).
 
  • Formation continue (qualification).
 Durée du contrat  
  • Contrat à durée limitée (CDL) ;
  • Contrat à durée indéterminée (CDI).

 

  • Contrat à durée déterminée ;
  • Contrat à durée indéterminée. 
 
Type de contrat   
  • Lorsque le contrat est à durée limitée, sa durée est de 6 mois au minimum à 3 ans au maximum ;
  • La durée maximale du contrat peut être portée à 4 ans lorsque l'apprenti est un travailleur handicapé ;
  • La durée du contrat est précisée dans une convention annexée au contrat.

 

  • S'il s'agit d'un CDD, la durée minimale est comprise entre 6 et 12 mois ;
  • Elle peut être allongée dans certaines situations.
 
 Âge  
    • De 16 à 29 ans révolus (30 ans moins 1 jour) ;
    • Jeune de 15 ans sous conditions ;
    • L'âge maximum peut être porté à 34 ans révolus (35 ans moins 1 jour) dans les cas suivants : l'apprenti.e veut signer un nouveau contrat pour accéder à un niveau de diplôme supérieur à celui déjà obtenu, le précédent contrat a été rompu pour des raisons indépendantes de sa volonté, ou pour inaptitude physique (il ne doit alors pas s'écouler plus d'1 an entre les 2 contrats) ;
    • Il n'y a pas d'âge limite si l'apprenti est dans une des situations suivantes : il est reconnu travailleur handicapé, il envisage de créer ou reprendre une entreprise, il est un sportif de haut niveau, il n'obtient pas le diplôme ou le titre professionnel visé (prolongation maximum d'1 an).

 

  • De 16 à 25 ans révolus (26 ans moins un jour) pour compléter la formation initiale ;
  • De 26 ans et plus pour les demandeurs d'emploi ;
  • Sans condition d'âge pour les bénéficiaires du RSA ou allocation spécifique.  
 Rémunération
    • Entre 27 % et 100 % du Smic ;
    • Ou le salaire minimum conventionnel si plus favorable.
  • Entre 55 % et 100 % du Smic ;
  • Ou 85 % de la rémunération minimale prévue par la convention collective ou l'accord de branche de l'entreprise si plus favorable. 

L'auteur

Vanessa Allal

Journaliste depuis 15 ans, Vanessa Allal est passionnée par la transmission des savoirs. Après plusieurs années chez TF1 production en tant que réalisatrice, elle crée aujourd'hui des contenus uniques sur de nombreux sujets liés à l'éducation et à l'art de vivre.