Commerce
& Management

Le langage au Tage 2

Voici les différents types d'exercices sur lesquels vous serez amené à travailler dans le cadre des deux sous-tests du Tage 2 consacrés au langage.

Comme vous pouvez le voir, les types d'exercices proposés sont très variés, et il faudra donc faire montre d'une excellente maîtrise de la langue française (orthographe, grammaire, syntaxe, synonymie, etc.).

1. Définitions de mots ou de locutions

Il s'agit de trouver la définition d'un mot ou d'une locution. S'il est impossible de connaître l'ensemble des termes de la langue française, on vous conseille de lire tout ce qui vous tombe sous la main et de reporter sur un cahier les termes pour lesquels vous ne seriez pas capables d'apporter rapidement une définition juste et précise.

Exemple : trouver la définition du mot ou de la locution en italique.

Question 1. Les prémisses

(A) Les garanties d'un contrat.
(B) Les bases d'un raisonnement.
(C) Les impondérables de l'existence.
(D) Les cobayes d'une expérience.

Réponse B.

Question 2. L'œuf de Christophe Colomb

(A)  Réalisation qui, sous son apparente simplicité, suppose une réelle ingéniosité.

(B)  Avoir une passion.

(C)  Le fait d'être tout près d'obtenir quelque chose et d'en être empêché.

(D)  Ce qui peut, malgré les apparences, causer beaucoup de maux et de catastrophes.

 Réponse A.

2. Synonymes et antonymes

Comme pour les questions de définitions, il est illusoire d'apprendre par cœur des listes entières de mots de vocabulaire et leurs synonymes/antonymes. En revanche, lorsque vous reportez sur votre carnet des termes que vous ne savez pas définir précisément, faites l'effort de noter des synonymes, des antonymes et des expressions dans lesquelles ils sont utilisés.

Exemple :

Question 1. Trouver les synonymes les plus appropriés des mots en italique.

« L'usage parcimonieux des ressources naturelles est vivement préconisé pour éviter une surexploitation de la planète. »

(A) économique – tendancieux

(B) inhabituel – encouragé

(C) régulier – proscrit

(D) modéré – recommandé

Réponse D.

Question 2. Trouver l'antonyme le plus approprié du mot plethora.

(A) Inconstance

(B) Fragilité

(C) Pénurie

(D) Désordre

Réponse C. 

3. Analogies

Pour les questions d'analogie, vous devrez trouver le lien logique qui existe entre deux termes.

Exemple :

Question 1. Contusions est à coups ce que :

(A) Querelles est à bagarres

(B) Arbres est à pousses

(C) Lames est à vagues

(D) Empreintes est à pas

Réponse D : lien de résultat visible : les contusions sont les résultats visibles de coups, les empreintes sont les résultats visibles de pas.

Question 2. Bordure est à tissu ce que :

(A) Littoral est à continent

(B) Capital est à ville

(C) Assise est à mur

(D) Colline est à montagne

Réponse A : lien d'encadrement : la bordure est ce qui encadre un tissu, le littoral est ce qui encadre un continent.

4. Chercher l'intrus

Pour ces questions, trois des quatre mots d'une série auront un élément commun. Par exemple, si une série de quatre mots comporte trois mots synonymes, c'est le critère de synonymie qui devient déterminant. Si dans une série, trois mots sur quatre sont mal orthographiés, c'est l'orthographe qui fournit le critère différenciateur pertinent.

Exemple :

Question 1. Quel est l'intrus ?

(A) Incantatoire

(B) Blasphématoire

(C) Impie

(D) Sacrilège

Réponse A : « blasphématoire », « impie » et « sacrilège » sont trois synonymes. Les trois termes signifient un mépris de la divinité.

Question 2. Quel est l'intrus ?

(A) Cahotique

(B) Chevronné

(C) Medium

(D) Concilaire

Réponse B : trois propositions sont mal orthographiées. « Cahotique » s'écrit « chaotique » ; « medium » s'écrit « médium » ; « concilaire » s'écrit « conciliaire ». 

5. Concordance des temps

Les questions de concordance des temps sont des classiques du TAGE 2. Il est important de bien connaître ses tableaux de conjugaison mais également les situations dans lesquelles on emploie chaque temps.

Exemple :

Question 1. Parmi les propositions suivantes, laquelle ne respecte pas la règle de concordance des temps ?

(A) Je ne veux pas que tu lui dises quand tu iras le voir.
(B) Il regrette que je fusse parti sans attendre.
(C) L'enfant hurle pour qu'on le laisse tranquille.
(D) Je ne pense pas qu'il ait déjà ni le déjeuner.

Réponse B : « que je fusse parti » est le subjonctif plus-que-parfait du verbe partir. Quand on emploie ce temps dans une proposition subordonnée, le verbe de la proposition principale est à l'imparfait de l'indicatif et non au présent.

6. Correction grammaticale, orthographique et lexicale

Seuls ceux qui connaîtront parfaitement leur cours pourront raisonnablement s'en sortir avec un sans faute.

Attention ! Certaines phrases comporteront plus d'une faute. Nul besoin de toutes les repérer. Il suffit d'en trouver une pour éliminer la proposition !

NB : pour ces questions, les fautes d'accents et de ponctuation sont à prendre en considération !

Exemple :

Question 1. Parmi les quatre propositions suivantes, une seule est correctement orthographiée. Laquelle ?

(A) Le prix exorbitant de ce tableau est dissuasif. Qui voudra bien l'acheter ?
(B) Tes pneux sont usés. Il faut les changer !
(C) Cet instituteur a manqué de respect à mon fils. Il va avoir à faire à moi !
(D) Ce soit-disant médecin conventionné est un authentique trafiquant.

Réponse A : (B) On écrit « pneus » et non « pneux ». (C) L'expression s'écrit « avoir affaire à » et non « avoir à faire à » (D) On écrit « soi-disant » et non « soit-disant ».

7. Effets de sens

Un ou plusieurs mots seront soulignés. Il faudra trouver la meilleure façon d'exprimer le ou les mots soulignés.

Attention ! Pour ces questions, le contexte dans lequel s'inscrit la phrase doit être pris en compte !

Exemple : choisissez la reformulation dont le sens se rapproche le plus du (des) passage(s) souligné(s).

Question 1. Les ventes ont chuté et les coûts de production ne cessent d'augmenter. C'est la raison pour laquelle l'entreprise voit sa productivité baisser et s'en trouve menacée.

(A) Se résilie

(B) Périclite

(C) Est préemptée

(D) Est prorogée

Réponse B : « péricliter » signi e décliner, aller vers la ruine. Cela a le même sens que le passage souligné.

Question 2. L'inscription sur la tombe de Voltaire porte ces mots : « Il combattit les athées et les fanatiques. Il inspira la tolérance, il réclama les droits de l'homme contre la servitude de la féodalité. Poète, historien philosophe, il agrandit l'esprit humain, et lui apprit à être libre. »

(A) L'épigraphe

(B) L'autodafé

(C) L'apocryphe

(D) L'épitaphe

Réponse D : une épitaphe est une inscription sur une tombe. Dans le contexte de l'énoncé, c'est donc bien la réponse qui convient le mieux.  

8. Cohérence textuelle

Pour ces questions, un ou plusieurs mots d'une phrase ou d'un texte seront manquants. Vous devrez remplacer les « trous » par un ou plusieurs mots proposés en solutions. Comme toujours, le contexte joue un rôle important.

Conseil. Dès lors que vous pensez avoir trouvé la bonne réponse, relisez bien 2 ou 3 fois la phrase en entier (en intégrant votre solution) afin de vérifier que la phrase fait sens.

Exemple :

Question 1. Ce garçon ne me paraît pas honnête. Ses manières (...) me rebutent.

(A) Cauteleuses

(B) Pédantes

(C) Assurées

(D) Cavalières

Réponse A :

cauteleux signifie rusé.

Question 2. Le patron du service (...) son opposition initiale au nouveau traitement, en raison (...) dans les expériences cliniques. (...) il s'en est tenu à son avis premier, selon lequel (...) généraliser l'usage du traitement à l'hôpital.

(A) A annulé / de son succès / Cependant / il ne fallait pas pour l'instant

(B) A annulé / de son succès / C'est pourquoi / il fallait rapidement

(C) A annulé / de son échec / C'est pourquoi / il ne fallait pas pour l'instant

(D) N'a pas annulé / de son échec / Néanmoins / il ne fallait pas

 Réponse B.

9. Résumés et conclusions

Pour les questions de résumés et de conclusions, il faudra trouver la proposition qui convient le mieux. N'oubliez pas que le contexte est à prendre en compte !

Exemple :

Question. Parmi les propositions suivantes, quelle est l'expression qui résume le mieux le texte ci-dessous, extrait de la poésie Le Spleen de Paris de Charles Baudelaire ?

« Celui qui regarde du dehors à travers une fenêtre ouverte ne voit jamais autant de choses que celui qui regarde une fenêtre fermée. Il n'est pas d'objet plus profond, plus mystérieux, plus fécond, plus ténébreux, plus éblouissant qu'une fenêtre éclairée d'une chandelle. Ce qu'on peut voir au soleil est toujours moins intéressant que ce qui se passe derrière une vitre. Dans ce trou noir ou lumineux vit la vie, souffre la vie. »

(A) L'ombre et la lumière

(B) La vérité cache

(C) La puissance de l'imagination

(D) Le mystère des ténèbres

Réponse C : plusieurs propositions conviennent. Toutefois une seule résume le mieux le texte :

(A) : l'ombre et la lumière renvoie aux deux protagonistes du texte mais ne résume pas ce dernier.

(B) : la vérité cache est une déduction a contrario sous-jacente au texte.

(C) : c'est bien la puissance de l'imagination qui est souligné à travers cet extrait.

10. Compréhension de textes

Vous devrez répondre généralement à 5 questions portant sur un texte qui tient sur environ 3/4 de page. Notez toutefois que ce type d'exercice tend à disparaître.

Le meilleur ouvrage de préparation

La Bible du Tage 2 de Franck Attelan, l'ouvrage numéro 1 depuis 2010.

Visez les meilleurs scores !

    • Des méthodes éprouvées par des milliers de candidats
    • Cours complets conformes aux programmes officiels
    • Fiches de synthèse + vidéos + plannings de révision
    • 7 tests blancs corrigés et commentés

PLUS D'INFORMATIONS SUR LA BIBLE DU TAGE 2