Prépas
Bac

Qu’apprend-t-on quand on choisit la spécialité SES (Sciences Économiques et Sociales) au lycée ?

En choisissant la spécialité Sciences économiques et sociales, vous abordez les fondamentaux de l'économie, de la sociologie et de la science politique. De la Première à la Terminale, les apprentissages seront approfondis et complexifiés. Vous passerez de la mobilisation des savoirs à la construction d'une problématique.

Le programme de la spécialité Sciences Économiques et Sociales en Première

Science économique

  • Comment un marché concurrentiel fonctionne-t-il ?
  • Comment les marchés imparfaitement concurrentiels fonctionnent-ils ?
  • Quelles sont les principales défaillances du marché ?
  • Comment les agents économiques se financent-ils ?
  • Qu'est-ce que la monnaie et comment est-elle créée ?

Sociologie et science politique

  • Comment la socialisation contribue-t-elle à expliquer les différences de comportement des individus ?
  • Comment se construisent et évoluent les liens sociaux ?
  • Quels sont les processus sociaux qui contribuent à la déviance ?
  • Comment se forme et s'exprime l'opinion publique ?
  • Voter : une affaire individuelle ou collective ?

Regards croisés

  • Comment l'assurance et la protection sociale contribuent-elles à la gestion des risques dans les sociétés développées ?
  • Comment les entreprises sont-elles organisées et gouvernées ?

Le programme de la spécialité Sciences Économiques et Sociales en Terminale

Science économique

  • Quels sont les sources et les défis de la croissance économique ?
  • Quels sont les fondements du commerce international et de l'internationalisation de la production ?
  • Comment lutter contre le chômage ?
  • Comment expliquer les crises financières et réguler le système financier ?
  • Quelles politiques économiques dans le cadre européen ?

Sociologie et science politique

  • Comment est structurée la société française actuelle ?
  • Quelle est l'action de l'école sur les destins individuels et sur l'évolution de la société ?
  • Quelles sont les caractéristiques contemporaines et les facteurs de la mobilité sociale ?
  • Quelles mutations du travail et de l'emploi ?
  • Comment expliquer l'engagement politique dans les sociétés démocratiques ?

Regards croisés

  • Quelles inégalités sont compatibles avec les différentes conceptions de la justice sociale ?
  • Quelle action publique pour l'environnement ?

Les modalités d'évaluation au baccalauréat

Épreuve écrite : 4 heures

Vous aurez le choix entre deux sujets de nature différente : une dissertation s'appuyant sur un dossier et une épreuve composée de trois parties distinctes.

Dissertation s'appuyant sur un dossier documentaire

Il vous sera demandé :

  • de répondre à la question posée par le sujet ;
  • de construire une argumentation à partir d'une problématique que vous devrez élaborer ;
  • de mobiliser des connaissances et des informations pertinentes pour traiter le sujet ;
  • de rédiger en utilisant le vocabulaire économique et social spécifique et organiser le développement sous la forme d'un plan cohérent.

Épreuve composée

Cette épreuve comprend trois parties.

  • Partie 1 : vous devez répondre à la question grâce à vos connaissances (pas de documents) ;
  • Partie 2 : Étude d'un document statistique : vous devez répondre aux questions en adoptant une démarche méthodologique rigoureuse, de collecte et de traitement de l'information ;
  • Partie 3 : Raisonnement s'appuyant sur un dossier documentaire en composant une introduction, un développement et une conclusion.

Épreuve orale : 20 minutes (30 minutes)

Vous aurez le choix entre deux sujets. L'épreuve se déroule en 2 temps :

  • Une question principale qui prendra appui sur 2 documents ;
  • Trois questions simples.

Pour vous aider à réviser les SES tout au long de l'année, nous vous conseillons ces livres :

  • Réviser son bac avec le Monde 2022, Sciences économiques et sociales Spécialité, éditions Rue des écoles ;
  • Spécialité Sciences économiques et sociales - Terminale, Laurent Braquet, éditions Ellipses ;
  • Bac spécialité SES Terminale, Nicolas Malbrancq, éditions Rue des écoles.

Pour aller plus loin avec la spécialité Sciences Économiques et Sociales

Magazines

  • A contrario – Revue interdisciplinaire de sciences sociales ;
  • Sciences Humaines ;
  • Revue Idées économiques et sociales ;
  • Revue économique Presses de Sciences Po ;
  • Challenges ;
  • Cairn.info.

Podcasts

  • Entendez-vous l'éco ? France Culture ;
  • Splash - Studio Nouvelles Écoutes ;
  • Freakonomics ;
  • Generation XX ;
  • On n'arrête pas l'éco - France Inter.

Ouvrages

  • Freakonomics, Stephen J. Dubner et Steven D. Levitt ;
  • Economix, Michael Goodwin et Dan Burr.

Pour quelles études supérieures ?

Le double enseignement Sciences Économiques et Sociologiques de cette spécialité vous permettra d'intégrer les classes prépa ECG, les universités en licence de sciences sociales, sciences politiques ou sociologie, mais également de vous tourner vers des formations plus courtes comme les BTS MCO ou NDRC ou encore des études de compta-gestion.

Vous pourrez donc vous orienter vers des classes préparatoires, les écoles de vente, gestion, compta... qui recrutent à niveau bac, d'autres grandes écoles comme les IEP, les universités (économie, droit, AES, Sciences Humaines...) et, bien entendu, des possibilités de parcours plus courts en BTS ou BUT (Commerce, Communication, Edition, Immobilier, Transport, Assurance, Banque, Comptabilité, Notariat).

Pour quels métiers ensuite ?

En fonction de votre orientation après le bac vous pourrez accéder à une grande variété de métiers tels que : chargé d'études économiques et statistiques, attaché commercial, chargé d'affaires, chargé d'études marketing ou analyste financier.

Si vous souhaitez travailler directement en contact avec la clientèle, vous pouvez aspirer à devenir chef de produit, conseiller de clientèle, conseiller en assurance et épargne, chargé de clientèle dans le milieu bancaire, consultant junior ou courtier en assurance.

Enfin, si les chiffres n'ont pas de secret pour vous, vous pourrez vous tourner vers des professions tels que comptable, directeur financier, expert indépendant, gérant de portefeuille, ingénieur d'affaires, contrôleur de gestion ou encore trésorier.

Focus sur ... 

Analyste en fusion-acquisition

Véritable référent des opérations financières des entreprises, l'analyste en fusion-acquisition valide ou invalide les montages financiers complexes, les introductions en bourse ou les achats et vente de sociétés pour le client pour lequel il est appelé à travailler. Il travaille le plus souvent au sein de banques d'affaires ou de cabinets d'audits. Il modélise les opérations financières pour l'entreprise qui le mandate.

C'est un négociateur expert et qui doit savoir évaluer le risque qu'il prend (et donc qu'il fait prendre à son client) et ensuite savoir négocier pour que l'opération qu'il mène soit un succès financier.

Pour devenir analyste en "fus-ac" ou "M&A" vous devez être diplômé de niveau Bac+5 d'une école de commerce, d'ingénieur ou avoir décroché dans une université un master en finance, en banque, en assurance ou en contrôle et audit. Mais le plus souvent, un MBA spécialisé en finance sera indispensable pour exercer ce métier. Il vous faudra également parler plusieurs langues et être doté d'une grande résistance au stress.

Contrôleur de gestion

Le contrôleur de gestion contrôle et améliore les performances économiques, commerciales et organisationnelles d'un service ou d'une entreprise entière. Également appelé responsable de la planification et de la gestion, il exerce un contrôle permanent sur les budgets de l'entreprise. Pour cela, il met en place des indicateurs, des tableaux de bords et des procédures pour vérifier et recueillir les informations financières.

En fonction de la taille de l'entreprise pour laquelle il travaille, il peut exercer seul (TPE ou PME) ou dans un service entièrement dédié au contrôle de gestion (grande entreprise) où il sera secondé par des assistants contrôleurs de gestion.

Son rôle est de constater des écarts ou des baisses de performance, il doit alors y apporter des solutions après en avoir informé sa direction.

Doté d'une solide formation comptable et financière, il doit également avoir une parfaite maîtrise des outils informatiques. Les formations en contrôle de gestion s'étendent du bac + 2 (BTS ou BUT) au Bac + 5 (master, écoles de commerce) pour atteindre le Bac + 6 avec le MS (master spécialisé) qui le mènera au métier d'auditeur interne.

Modifié le 13/05/2022