Commerce
& Management

#stories

Les atouts des écoles accessibles via les admissions parallèles

La vocation première d'une école de commerce est assurément d'intégrer au mieux ses étudiants sur le marché du travail. Face à un marché du travail de plus en plus concurrentiel et face à la multiplication des institutions d'enseignement supérieur à travers le monde, les écoles de commerce françaises multiplient les initiatives pour répondre toujours mieux aux attentes des recruteurs.

Des cours opérationnels 

Les écoles de commerce et les universités ne développent pas la même approche pédagogique. Les cours à l'université se veulent plutôt théoriques. Les écoles de commerce préfèrent une approche plus pratique. 

Les cours en école de commerce sont ainsi directement conçus en lien avec les exigences et les besoins des entreprises. Ils abordent les grandes problématiques du management et vous permettent d'acquérir d'indispensables connaissances en comptabilité, en contrôle de gestion, en finance, en marketing, en stratégie, en logistique, en ressources humaines, en système d'information, en gestion de projet... 

L'idée est simple : une école de commerce doit vous rendre opérationnel le plus rapidement possible et vous permettre d'acquérir une solide culture d'entreprise, fondement de vos futurs talents de manager ou de créateur d'entreprise. 

Intégrer une école de commerce en AST : le déroulement des études

Les stages et l'apprentissage 

Durant votre parcours en école de commerce, vous êtes soumis à l'obligation de réaliser un certain nombre de mois d'expérience professionnelle pour obtenir votre diplôme. Ces expériences facilitent votre insertion sur le marché du travail à la sortie de votre école. La formule la plus couramment utilisée par les étudiants reste le stage. 

Qu'est-ce qu'un stage ? 

Le stage est un dispositif qui vous permet de rejoindre – généralement pendant deux à douze mois – une entreprise, une administration voire une association pour y effectuer une mission ou participer aux activités d'une équipe ou d'un département.
Vous êtes le plus souvent rattaché à un maître de stage qui est votre référent au sein de l'entreprise. Il est généralement votre supérieur direct, donc la personne qui vous fixe les tâches que vous devez effectuer durant votre stage. Ce référent a également pour mission d'assurer votre formation pour le bon déroulement du stage. 

En contrepartie de votre travail, l'entreprise a la possibilité ou l'obligation de vous indemniser financièrement.
Pour les stages inférieurs à deux mois, l'entreprise peut choisir de vous verser une indemnité, mais aucune loi ne la force.
Pour les stages supérieurs à deux mois, l'entreprise est dans l'obligation de vous verser une indemnité égale au minimum à environ 30 % du SMIC. Cette obligation de rémunération est aussi vraie pour les stages en administration centrale (fonction publique d'Etat). Elle ne s'applique en revanche pas aux collectivités.
Retenez que le document qui encadre votre stage s'appelle la convention de stage. Elle permet de préciser notamment le montant de votre indemnité, votre volume horaire, le nom de votre maître de stage, etc. 

Si la formule du stage reste aujourd'hui la plus utilisée par les étudiants en école de commerce pour réaliser leur expérience professionnelle, la solution de l'apprentissage a également le vent en poupe. Outre l'avantage financier substantiel que cette solution représente – les frais de scolarité sont pris en charge par l'entreprise – l'apprentissage est un solide levier pour disposer d'une significative et durable expérience professionnelle au terme du contrat d'apprentissage. 

Surtout, retenez que le stage et l'apprentissage sont un bon moyen de décrocher un emploi à l'issue de ces expériences. Ils restent d'ailleurs les deux principaux leviers utilisés par les étudiants en école de commerce pour trouver un emploi. 

Les réseaux d'anciens 

En plus de cette professionnalisation, les écoles de commerce développent des réseaux d'anciens qui restent un levier sûr pour une insertion réussie sur le marché du travail. Un réseau d'anciens est le groupe formé par les anciens diplômés d'une école. Chaque école possède son réseau d'anciens animé par une association que vous pouvez rejoindre moyennant une cotisation annuelle. Vous pouvez même être invité à prendre des responsabilités au sein de l'association pour participer à l'animation et au développement du réseau. 

Ces réseaux sont sollicités dès les premières années d'école avec des interventions d'anciens pour des présentations sur les différents métiers qui s'offrent à la sortie d'une école de commerce, sur la manière de se conduire en entretien d'embauche, sur la gestion de carrière, etc. 

Un réseau vous sera également très bénéfique tout au long de votre carrière professionnelle pour décrocher un poste ou accélérer votre ascension professionnelle par exemple. Ces réseaux savent aussi se montrer très utiles pour ceux qui se lancent dans l'entrepreneuriat et sollicitent des soutiens variés pour la réussite de leur projet. 

Mais attention, rejoindre une école de commerce ne signifie pas pour autant être membre actif de son réseau. Vous devez nécessairement vous impliquer dans la vie associative de l'école – BDE, BDS ou tout autre association – pour espérer rencontrer un maximum d'étudiants et intégrer ainsi pleinement le réseau de votre école (et bénéficier de ces retombées positives). Si vous réduisez votre expérience en école de commerce à une série de cours et de stages, vous ne pourrez pas profiter pleinement de l'atout réseau !

Tout au long de votre carrière, le réseau de votre école peut être à vos côtés pour vous épauler dans vos choix et vous aider à atteindre vos objectifs professionnels. Une école de commerce, c'est une communauté qui ne vous oublie pas... si vous, vous ne l'oubliez pas ! 

Une insertion professionnelle rapide

Rapidité de l'insertion 

La réussite des étudiants en école de commerce en matière d'insertion sur le marché du travail se mesure par le niveau de reconnaissance des recruteurs et par la rapidité à trouver un emploi. 

Une grande majorité des écoles de commerce offrent une solide garantie en terme de rapidité à s'insérer pleinement sur le marché du travail. Leur parcours professionnalisant, la force de leurs réseaux et l'accompagnement qui vous est apporté sont autant de leviers pour vous aider à trouver rapidement un emploi. 

Des fonctions de haut niveau 

Le programme « Grande école » d'une école de commerce vous prépare à des fonctions de très haut niveau dans différents secteurs tels que le conseil, la finance ou le marketing. 

Mais attention, vous devez impérativement préparer votre projet professionnel dès votre candidature à une admission parallèle. Un concours AST au niveau Bac +3 et plus exige que vous ayez déjà tracé les contours de votre projet professionnel, notamment grâce à vos stages et à vos divers engagements. 

Une fois admis au sein de votre nouvelle école de commerce, vous devez continuer ce travail de réflexion. Vous ne pourrez pas prétendre à un emploi dans le domaine de la finance par exemple, si vous n'avez pas choisi certains cours correspondants – voire une spécialisation offerte par l'école – et surtout si vous n'affichez pas d'expérience professionnelle – stage ou apprentissage – dans ce domaine. 

Autrement dit, les écoles de commerce vous offrent de nombreuses opportunités professionnelles à condition que vous sachiez vous construire un profil et justifier de l'acquisition de connaissances et de compétences pour un secteur. L'encadrement des écoles de commerce est aussi là pour vous aider à définir ce projet professionnel et mieux cerner vos aspirations. 

Des salaires alléchants 

Le niveau de salaire à la sortie reste également un indicateur très couru par les étudiants. Il révèle en effet que les jeunes diplômés d'école de commerce ont une forte valeur sur le marché du travail. Certes, toutes les écoles ne sont pas logées à la même enseigne et les plus prestigieuses alignent généralement des moyennes de salaires plus élevées. Mais les résultats des enquêtes d'insertion démontrent un haut niveau de salaire à l'embauche pour un très grand nombre d'écoles. 

Voici les barèmes de salaires déclarés par les écoles de commerce et de management accessibles à Bac +2/+3. 

Salaire débutant : salaire de base brut annuel moyen avec une expérience inférieure à 12 mois 

Salaire expérimenté : salaire de base brut annuel moyen avec une expérience comprise entre 25 et 36 mois 

  Audencia  EDHEC  EM Strasbourg  HEC Grenoble EM 

Kedge BS 

ESCP Europe ESSEC 
Salaire débutant 35 937 € 38 043 € 33 726 €  40 085 € 36 253 € 33 726 € 41 331 € 33 849 €
Salaire expérimenté 41 545 €  42 376 €  39 140 €  47 096 €  40 857 €  37 251 € 43 380 €  40 761 € 

Un haut niveau d'encadrement 

Les écoles de commerce savent chouchouter leurs élèves en leur garantissant un encadrement continu et de qualité. Durant vos deux ou trois années d'études, vous allez être suivi et conseillé tant par les professeurs que par les différents services de votre école (service des relations aux entreprises, service des relations internationales, etc.). Certaines écoles ont par exemple prévu un système de tutorat qui vous permet d'avoir un professeur référent qui vous encadre du début à la fin de vos études. 

Cet encadrement se traduit également par l'organisation de forums « entreprises ». Certaines écoles de commerce prévoient une à trois journées consacrées à la venue d'entreprise sur le campus. Les étudiants ont alors la possibilité de se présenter aux différentes entreprises de leur choix pour une candidature de stage ou d'emploi. Ces forums permettent également aux étudiants de mieux faire connaissance avec les entreprises de leur choix et de pouvoir rencontrer des professionnels évoluant dans ces entreprises. 

L'encadrement en action : les écoles de commerce et l'entrepreneuriat 

De nombreuses écoles de commerce accordent une grande importance à l'entrepreneuriat. Elles n'hésitent pas à soutenir les projets de leurs étudiants et mettent en place des outils au service de ces créateurs d'entreprises. 

Les incubateurs 

Certaines écoles de commerce ont développé des incubateurs d'entreprises. Un incubateur est une structure d'accompagnement de projets de création d'entreprises. L'objectif d'un incubateur est de prévoir un appui pour les étudiants créateurs d'entreprise en termes d'hébergement, de conseil et de financement. L'incubateur intervient seulement lors de la phase de création de l'entreprise. L'incubateur d'une école est généralement mis à disposition des étudiants et des diplômés de l'école.

Exemple de l'incubateur du campus Sophia Antipolis de SKEMA Business School.
L'InKubateur étudiant de Skema Business School a été créé en 2001 avec le soutien du Centre Entrepreneuriat High- Tech SKEMA Business School.

Il héberge et accompagne de nombreux porteurs de projet de création d'entreprises. Cet incubateur est animé par plusieurs acteurs que sont les professeurs de SKEMA Business School mais aussi le club des diplômés entrepreneurs et l'association étudiante Oser Entreprendre. Dans cette vidéo, l'une des entreprises portées par cette structure. 

L'incubateur propose plusieurs services qui sont : la construction de business plan ; le montage financier ; l'accompagnement dans la levée de fonds ; des expertises diverses (aspects juridiques et comptables, marketing, ressources humaines, stratégie, R&D) ; un coaching par des entrepreneurs expérimentés, des anciens de l'école et des professeurs de l'école.

Trois conditions sont posées pour pouvoir intégrer l'incubateur de SKEMA Business School : proposer un projet innovant ou présentant une différenciation prononcée ; être étudiant, diplômé de SKEMA Business School ; se situer en phase d'amorçage, avec ou sans étude de marché formalisée. 

Les programmes spécifiques 

Certaines écoles de commerce ont développé des programmes spécifiques tournés vers l'entrepreneuriat. C'est le cas par exemple d'EM Lyon avec le programme ICE (Initiation à la Création d'Entreprise). Ce programme est destiné aux étudiants qui ont rejoint le programme « Grande école » par l'admission parallèle. L'objectif est de leur permettre d'expérimenter une création de projet d'entreprise virtuelle. Ce cours d'entrepreneuriat leur présente le monde des affaires et la dynamique de la création d'entreprise. Il repose sur trois activités principales que sont le jeu d'entreprise, l'étude de cas et l'élaboration d'un business plan. 

Les partenariats à l'étranger 

D'abord, les écoles multiplient les partenariats avec des établissements étrangers afin d'envoyer le plus grand nombre de leurs étudiants en échange. Ces accords sont majoritairement signés en Europe, mais l'Amérique du Nord n'est pas en reste et surtout, l'Asie est désormais la zone qui affiche une forte croissance des départs d'étudiants français à l'étranger. 

En contrepartie, les écoles de commerce accueillent un nombre important d'étudiants étrangers au sein de leur cursus, ce qui leur permet d'accroître leur notoriété dans certains pays étrangers (et donc sur les marchés locaux de l'emploi), mais aussi de confronter leurs étudiants français aux réalités multiculturelles. 

L'ouverture à l'international 

Pour réaliser votre expérience à l'international durant votre cursus en école de commerce, trois solutions s'offrent à vous :

  • L'échange académique ; 
  • Le double diplôme ;
  • L'expérience professionnelle à l'étranger. 

Les professeurs étrangers 

Dans cette perspective de rayonnement international, les écoles de commerce accordent aussi une vraie importance à l'accueil de professeurs étrangers dans leur corps enseignant. Cette politique permet de renforcer la notoriété de l'école à l'étranger et peut faciliter l'enseignement de cours de gestion et de management dans une ou plusieurs langues étrangères. 

L'enseignement des langues étrangères 

L'enseignement des langues étrangères est très présent au cœur des programmes « Grandes écoles » des écoles de commerce. Outre l'anglais – langue vitale dans le monde des affaires – les écoles proposent des cours pour l'apprentissage des principales langues européennes – notamment l'espagnol, l'allemand, l'italien et le portugais – mais également pour des langues extra-européennes, comme le russe, le chinois, l'hébreu ou l'arabe. 

Les campus à l'étranger 

Cette stratégie d'internationalisation des programmes proposée par les écoles de commerce peut s'avérer encore plus radicale. Certaines écoles n'hésitent ainsi plus à s'implanter directement à l'étranger en misant sur la construction d'un, voire de plusieurs campus hors du territoire national. Le choix du campus à l'étranger permet une immersion complète des étudiants de l'école dans la vie économique, politique et culturelle du pays concerné. 

La qualité du corps professoral 

Les écoles de commerce accordent également une grande importance à la qualité de leur corps professoral et de leur recherche. 

  • Les professeurs permanents sont recrutés par l'école en fonction notamment de leur cursus antérieur et de leurs publications scientifiques ; ces professeurs sont généralement titulaires d'un doctorat ou d'un PhD. 
  • Les professeurs visiteurs sont des professeurs issus d'une autre institution ou établissement d'enseignement supérieur ; ils sont invités par l'école pour animer une partie ou la totalité d'un cours et faire bénéficier les étudiants de leur savoir. 
  • Les professionnels sont issus du monde de l'entreprise ; ils sont chargés d'animer un cours en s'appuyant sur leurs connaissances et leur expérience acquises durant leur carrière ; ces professeurs permettent aux étudiants de se confronter à la réalité d'un secteur ou d'un domaine d'activité précis, mais également de bénéficier de conseils pour leur projet professionnel et de s'insérer plus facilement sur le marché du travail. 

La recherche 

Les écoles de commerce sont également attentives à la qualité de leur recherche. Elles incitent leurs professeurs à réaliser des travaux de qualité et à les publier dans des revues scientifiques. La recherche est un élément fondamental dans la stratégie des écoles de commerce car elle participe directement à leur rayonnement. Beaucoup de classements prennent ainsi en compte le critère de la recherche et du nombre de publications pour évaluer le niveau d'une école de commerce. 

Les labels 

En France, seul un cercle restreint d'écoles bénéficie de la triple accréditation AACSB, Equis, AMBA. Nombreuses sont celles qui briguent une à une ces prestigieuses accréditations. Mais que consacrent-elles vraiment ? 

EQUIS

L'European Quality Improvement System (EQUIS) sacre 176 institutions (dont 20 françaises) dans 42 pays. Il constitue le label de référence des grandes écoles de management, qui sont ainsi distinguées par la qualité de leur enseignement, leur pédagogie, leur innovation, leur recherche, leur relation avec le monde de l'entreprise.
AACSB Le label américain AACSB (Association to Advance Collegiate Schools of Business) est une reconnaissance américaine évaluant les objectifs et les programmes des écoles dans le domaine du management (23 françaises sur 820 de 53 pays). Ses critères de distinction sont plus que sévères. Il permet aux écoles françaises de rivaliser avec les business schools américaines réputées.
AMBA L'AMBA (Association of MBAs) est un label britannique évaluant uniquement la qualité des programmes MBA, qu'ils soient full-time, part-time ou executive. Ce label est accordé pour une durée de 5 ans et peut également porter sur les programmes masters et les programmes DBA (Doctorate of Business Administration). Parmi les 240 écoles réparties dans 70 pays, 23 sont accréditées AMBA en France. 
EPAS  Le label EPAS (EFMD Programme Accreditation System) distingue les programmes de formation selon les critères de qualité suivants : la stratégie de développement du programme et sa renommée, le niveau académique, la recherche et la pédagogie, la qualité du recrutement, l'offre internationale, le suivi des étudiants, l'intégration professionnelle des diplômés, les relations avec les entreprises. Parmi les 135 institutions dans 37 pays, on dénombre 14 établissements français. 

Les événements festifs et les rencontres 

Une école de commerce constitue une expérience de vie unique. Pendant deux ou trois années, vous participez à la vie de votre école à travers des événements festifs, des rencontres diverses et votre action associative. 

Un grand nombre d'événements en école de commerce sont avant tout de nature festive et destinés à créer du lien au sein d'une promotion d'étudiants venant d'horizons très divers. Ce sont notamment les soirées ou les WEI (week-end d'intégration). S'ils sont là pour vous détendre et vous faire profiter de votre vie d'étudiant, ne perdez jamais de vue qu'ils vous permettent également d'intégrer la communauté que représente votre école. 

Votre école de commerce vous donnera aussi l'occasion de participer à des événements où vous rencontrerez diverses personnalités : 

  • Des hommes politiques qui sont interrogés sur l'actualité par exemple ;
  • Des chefs d'entreprise qui viennent vous donner le goût de l'entrepreneuriat ;
  • Des anciens qui viennent témoigner de leur parcours professionnel. 

Profitez de tous ces rendez-vous pour enrichir vos horizons et bénéficier de l'expérience de personnes déjà engagées dans la vie active.  

La vie associative et la Junior Entreprise 

La vie associative 

Au-delà des traditionnels Bureau des Elèves (BDE), Bureau des Sports (BDS) et Bureau des Arts (BDA), la liste des associations est longue. Elles peuvent agir dans le domaine social, humanitaire, culturel, international, etc. 

Rejoindre une association, c'est d'abord participer à son projet. Si vous avez l'âme d'un « french doctor », engagez-vous dans une association humanitaire qui prévoit de vous envoyer deux mois en Afrique ou en Amérique du Sud pour une mission éducative ! 

Intégrer une association, c'est également rejoindre un réseau, le réseau de son école. Certes, les autres étudiants que vous allez fréquenter seront avant tout des camarades avant d'être les membres de votre réseau. Mais le rôle d'une école de commerce consiste aussi à vous donner les moyens de nouer des contacts qui pourront vous être utiles demain sur le plan professionnel. En rejoignant une association, vous facilitez logiquement votre insertion dans la vie de l'école et vous multipliez des contacts avec d'autres étudiants de votre promotion ou d'autres promotions. 

Rejoindre le bureau d'une association, c'est enfin accepter de facto des responsabilités de gestion et de management. 

Vous pouvez vous retrouver responsable d'un projet particulier, manager d'une équipe ou gestionnaire de moyens financiers. Autant de missions très formatrices et que vous pourrez valoriser lors de vos futurs entretiens professionnels et qui attesteront de vos qualités de futur cadre ou créateur d'entreprise. 

La Junior Entreprise 

Un grand nombre d'écoles de commerce possèdent désormais leur propre Junior Entreprise. Cette association a une place particulière dans la mesure où elle revendique haut et fort son caractère professionnel. Rejoindre cette association vous permet donc de réaliser une solide expérience professionnelle qui est même parfois validée par l'école comme expérience pour votre cursus « Grande école ». 

Ceux qui administrent et gèrent la Junior Entreprise : ils ont donc pour mission de développer l'association en recherchant notamment des clients, en recrutant des étudiants pour réaliser les différentes missions et en assurant un suivi de la réalisation des missions commandées. Les administrateurs d'une Junior Entreprise sont ainsi sensibilisés aux mécanismes de la gestion d'une entreprise et au management d'une équipe. 

Ceux qui réalisent les missions : étudiants de l'école ou de l'université abritant l'association, ils répondent à des offres de missions plus ou moins longues et qui sont publiées par les administrateurs de la Junior Entreprise. Ces intervenants bénéficient ainsi d'une première expérience professionnelle significative. 

Les Junior Entreprises (JE) sont des associations à vocation économique et pédagogique, à but non lucratif. Elles sont présentes au sein d'écoles de commerce ou d'ingénieur, mais également dans le milieu universitaire.
Les Junior Entreprises ont pour vocation de réaliser des études qui correspondent aux domaines de compétences de l'école ou de l'Université, pour des clients variés : entreprises, collectivités, associations, etc. Une expérience en Junior Entreprise vous permet de professionnaliser davantage votre cursus. Dans une JE, vous êtes ainsi invités à mettre en pratique les enseignements théoriques reçus au cours votre formation.