Commerce
& Management

#stories

Les admissions parallèles : le nouvel eldorado ?

Et si l'innovation était la clé ? 

Le monde n'a jamais autant connu de révolutions, et notamment la première d'entre elles : la révolution numérique. Ces révolutions impactent les métiers et leurs permettent d'évoluer via des outils digitaux toujours plus importants. Ainsi, qui dit évolution des métiers dit évolution des parcours universitaires qui leur correspondent. Dans un monde de plus en plus globalisé et compétitif, les profils se diversifient, s'internationalisent et s'adaptent à une réalité technologique toujours plus innovante. La rareté des ressources bouleverse l'équilibre d'un monde qui connaît un bouleversement protéiforme : dérèglement climatique et instabilité politique, générant des conséquences géopolitiques et migratoires majeures. Ainsi, l'avenir, et notamment votre projet professionnel doit d'une manière ou d'une autre intégrer ces phénomènes majeurs. C'est la raison pour laquelle l'innovation doit demeurer l'étalon cardinal de tous vos choix futurs. 

Une homogénéisation internationale des standards de l'enseignement supérieur 

Par ailleurs, des contraintes fortes de standardisation européenne et internationale se sont imposées à la communauté éducative, obligeant les universités et les écoles à s'adapter, et à formaliser leurs cursus, à travers des formations : la Licence en 3 ans, le Bachelor en 4 ans, le Master en 5 ans, le Doctorat en 8 ans. Il faut dès lors que vous réfléchissiez aux meilleures opportunités, celles qui vous correspondent mais aussi celles qui sont le plus reconnues, dans un secteur d'activités innovant, et ce partout dans le monde.

Il existe à cet effet des degrés de reconnaissance des diplômes, tels que des accréditations (EQUIS = European Quality Improvement System ; AACSB = Association to Advance Collegiate Schools of Business ; AMBA = Association of Masters of Business Administration) – il s'agit ni plus ni moins que de cahiers des charges internationaux, qui permettent aux écoles d'être reconnues via le respect d'un ensemble de critères, de contenus pédagogiques, et d'ouvertures internationales. Ceci à l'instar de diplômes reconnus, par l'Etat, comme ayant un grade Master. Cette reconnaissance vous est plus qu'indispensable pour convertir vos efforts universitaires en opportunités professionnelles de premier ordre. 

Un allongement et une massification des cursus supérieurs

En outre, le temps des études s'allonge. En 2015, on a compté 2 551 000 inscriptions dans l'enseignement supérieur, 8 fois plus qu'en 1960. Outre la croissance démographique, la massification des études est un fait avéré, avec 79 % d'une classe d'âge diplômée du baccalauréat en 2016, contre 63 % en 1995 (notamment le fait du développement des baccalauréats technologiques et professionnels). Par conséquent, en 2015, 40 % des 25-49 ans étaient diplômés de l'enseignement supérieur contre 27 % en 2005. 

Le nombre d'étudiants explose, les études sont plus longues. De ce fait, on observe alors une adaptation sans égal de l'offre éducative, qui a considérablement évolué depuis quelques décennies. Les cursus linéaires se raréfient, faisant la part belle aux doubles diplômes, aux double cursus, aux admissions parallèles et aux reconversions professionnelles. Les métiers devenant de plus en plus techniques, innovants, internationaux, la technicité et le savoir-faire atteignant des sommets.

Un DUT ou un BTS dispose désormais de réelles opportunités de poursuite d'études, vers le grade Master, afin de complémenter, d'internationaliser et de spécialiser son parcours, à travers notamment un Programme Grande Ecole (PGE). 

La mobilité internationale : une nouvelle donne mondiale 

En effet, cette mobilité internationale est énormément mise en avant au sein des écoles de commerce. Celles-ci proposent toutes des cursus toujours plus internationaux à travers la promotion d'échanges universitaires, de stages à l'étranger ou encore de VIE et expériences associatives internationales, voire de campus à l'étranger. Ainsi, SKEMA Business School possède trois campus à l'étranger (Raleigh aux Etats-Unis, Suzhou en Chine et Belo Horizonte au Brésil), ESSEC Business School en a deux (Singapour) ou encore ESCP Europe qui en a quatre en Europe (Berlin, Madrid, Turin, Londres). L'avenir est donc forcément mondialisé et international.  

Les admissions parallèles : nouvel eldorado du « bonheur » universitaire ? 

Dès lors, face à la grande évolution des cursus, les écoles de commerce ont anticipé une mutation de leurs conditions d'accès en proposant un filtre encore plus large d'intégration. Difficile de s'y retrouver, d'y voir clair tant les possibilités de poursuite d'études après le Baccalauréat sont nombreuses. En effet, les admissions en écoles de commerce, par exemple, sont possibles via plusieurs procédures et concours : post-bac, post-prépa. Par ailleurs, et c'est tout l'objet de notre analyse, les admissions parallèles à Bac +2, Bac +3 ou encore Bac +4/+5, ont le vent en poupe, car elles sont le reflet des nombreuses évolutions de l'offre universitaire, des demandes des employeurs, et de parcours de vie toujours plus singuliers et atypiques. 

Un cursus doit avant tout vous permettre de vous épanouir intellectuellement, professionnellement, mais aussi personnellement. Un bon choix de cursus permet donc de vous faire mûrir en vue de concrétiser un projet professionnel qui vous tient à cœur.

Un bon choix de cursus doit être réfléchi et préparé, mais c'est aussi le cas des concours d'admission. Une prise en main au plus tôt est nécessaire pour concrétiser le parcours universitaire que l'on a murement réfléchi. Justement, Franck Attelan, auteur de La Bible des Admissions Parallèles nous éclaire sur la stratégie à adopter pour préparer ces concours.